L’utilisation de l’énergie solaire est en constante croissance, mais comment stocker l’électricité en surplus de votre installation photovoltaïque pour la réutiliser quand vous en avez besoin ?

Vous avez peut-être entendu parler des batteries virtuelles solaires permettant de stocker l’énergie produite pour une utilisation ultérieure, mais est-ce une bonne solution ? Et si oui, dans quel cas ?

Dans cet article, nous allons vous expliquer le fonctionnement de cette technologie de stockage virtuel, ainsi que les avantages et inconvénients.

Nous allons également vous présenter les critères à prendre en compte pour choisir le contrat de stockage solaire virtuel qui vous convient le mieux et comparer les différentes options.

Qu’est-ce qu’une batterie virtuelle solaire ?

L’énergie solaire est une source d’énergie renouvelable qui permet de mieux respecter notre planète, mais l’un des principaux défis liés à son utilisation est de trouver des moyens de stocker l’énergie produite en excès afin de pouvoir l’utiliser quand les panneaux solaires ne produisent pas , c’est à dire le soir, la nuit et quand la météo est mauvaise. Les batteries virtuelles offrent donc une solution à ce problème.

Commençons par expliquer ce qu’est une batterie virtuelle.

Une batterie virtuelle solaire est un système de stockage d’énergie qui permet de stocker l’électricité produite par des panneaux solaires pour une utilisation ultérieure, sans avoir recours à une batterie physique.

En effet, une batterie virtuelle utilise le réseau électrique comme support de stockage. Concrètement, l’énergie produite en surplus est injectée dans le réseau électrique, puis récupérée plus tard lorsque, par exemple, il y a du mauvais temps ou pour alimenter vos appareils la nuit.

Vous devez comprendre qu’il n’y a pas réellement de batterie dédiée à votre production sur le réseau. Le surplus d’électricité que vous produisez est comptabilisé par votre compteur Linky (case injection du compteur Linky) et devient donc une sorte de crédit de kWh qui vous sera ensuite automatiquement restitué lorsque que votre centrale solaire aura cessée de produire.

Par exemple, si vous injectez 30 kWh de surplus dans le réseau électrique, vous aurez le droit d’utiliser « gratuitement » 30 kWh pour votre consommation. Attention, vous aurez tout de même des taxes et des frais d’acheminement à payer sur cette électricité car il est considéré que ces 30kWh produits et injectés et qui sont revenus « virtuellement »chez vous ont utilisé le réseau Enedis donc sont soumis aux taxes de transport !

Pour vous aider à comprendre, voici une infographie visuelle très bien faite par un des acteurs, Urban Solar Energy :

batterie virtuelle photovoltaique urban solar fonctionnemment

Que pouvez-vous faire de l’électricité que vous produisez en surplus ?

Avant d’opter pour cette alternative pour votre installation photovoltaïque, il est nécessaire de comprendre qu’à partir de deux panneaux soit 780Wc de puissance installée, vous allez toujours avoir une quantité de kWh solaire produite qui va être en surplus de production, car votre consommation électrique de maison est fluctuante et il est difficile d’aligner complètement sa consommation électrique sur la production solaire qui a un pic de production les mois d’été en terme de mois car journées plus longues, et entre 10H et 14H en terme d’heures dans la journée.

Si vous avez le projet d’acheter des panneaux solaires plug and play ( à brancher sur prise), le surplus sera assez limité car la plupart des utilisateurs plug and play installent deux panneaux soit environ 800Wc de puissance, pour couvrir principalement leur talon de consommation électrique.

En revanche, si grâce à une puissance installée assez forte, la production solaire excède de manière importante et régulier vos besoins de consommation, comment pouvez-vous valoriser ce surplus pour qu’il ne soit pas injecté gratuitement dans le réseau et que cela permettre d’optimiser la rentabilité de votre projet solaire ?

Il y a deux options pour cela ;

1) le surplus peut être vendu à EDF obligation d’achat : EDF OA.

Quelles sont les conditions ?
Pour cela, il est obligatoire de financer la pose d’une centrale solaire sur un toit réalisée par un installateur professionnel agréé RGE,  et en souscrivant un contrat de 20 ans avec EDF OA sur un tarif de rachat fixe pendant 20 ans actuellement au prix de 13 centimes € le kWh.
Pourquoi des conditions aussi restrictives ? Pourquoi des centrales solaires au sol et des poses faites seuls par des particuliers ne pourraient pas bénéficier du rachat de surplus par EDF OA ? Il n’y aucune raison rationnelle à ce jour.

Est-ce pour favoriser la filiale d’EDF, EDF ENR, qui est aujourd’hui leader en France des installations solaires sur toit pour les particuliers ? Et ce malgré des tarifs EDF ENR de prix/W très très élevés qui nous semblent injustifiés pour des poses essentiellement en sous -traitance.

Avantages :
– cela vous donne droit à la prime à l’autoconsommation, qui peut être intéressant seulement si le prix de l’installation totale par un professionnel sur toit est à un prix correct et pas trop comme souvent, surévalué et trop important.
– Vous n’avez pas à investir dans des batteries de stockage qui sont très coûteuses et qui ont une durée de vie de 10 ans seulement.

Inconvénient :
– vous êtes prisonniers d’un contrat de revente du surplus avec EDF OA avec un tarif fixe pendant 20 ans, et vous ne pourrez pas revendre ces kWh plus chers que 0,13€ par kWh pendant 20 ans.
Avec un tarif de rachat actuel du surplus de 13 centimes d’€ le kWh fixe pendant 20 ans, cela reste faible quand on sait que les prévisions du prix du kWh seront de 30 centimes d’€ à horizon 2030, et sûrement plus au delà..
La prime à l’autoconsommation n’est donc pas forcément une bonne affaire sauf dans quelques cas rares avec des installateurs locaux compétents qui pratiquent des prix corrects en prix/W installé (< 9 000€  TTC pour 3kWc installé par exemple).

2) le surplus peut être stocké pour votre propre utilisation ultérieure soit par :

  • une batterie physique installée sur votre système photovoltaïque ;
  • ou par une batterie virtuelle solaire (gérée par des opérateurs privés).

La section suivante vous aidera à comprendre les différences entre ces deux options afin que vous puissiez faire un choix éclairé.

La différence entre stockage physique et stockage virtuel

Comme nous venons juste de le voir, le stockage de l’électricité produite par vos panneaux solaires peut se faire de deux manières différentes : par une batterie physique ou par une batterie virtuelle.

Stockage physique

En optant pour une batterie physique, l’électricité produite en excès est stockée dans un appareil dédié, que l’on peut utiliser ultérieurement lorsque la production solaire est insuffisante.

L’inconvénient de cette solution est qu’elle est coûteuse selon votre installation (entre 2000€ à plus de 8000€) et moins fiable, car lorsque la batterie est chargée au maximum, elle ne peut plus stocker l’électricité produite en excès.

Il faut donc bien choisir votre modèle en fonction de l’énergie que vous produisez en excès.

Batterie panneau solaire pylontech

Stockage virtuel

Avec une batterie virtuelle, l’électricité en surplus est stockée dans le réseau électrique. Lorsque l’on a besoin d’électricité supplémentaire, on consomme cette quantité d’électricité que l’on avait produite auparavant et stockée virtuellement. En période de production solaire insuffisante, on consomme l’électricité du réseau.

Cette solution est plus souple, moins coûteuse et plus fiable que la batterie physique. De plus, elle permet d’autoconsommer 100% de sa production solaire. Les fournisseurs d’énergie proposent différents contrats de stockage virtuel, pour optimiser l’utilisation de l’énergie solaire produite. Voici ci-dessous une nouvelle infographie claire de l’acteur batterie virtuelle bordelais JPME.

fournisseur batterie virtuelle JPME

Mais avant de faire votre choix, veuillez consulter la section suivante pour connaître avec précision les avantages et inconvénients d’une batterie virtuelle solaire. Vous verrez qu’il y a tout de même quelques mauvaises surprises.

Les avantages et inconvénients d’une batterie virtuelle

Nous allons vous détailler les avantages et les inconvénients d’une batterie virtuelle et également intégrer certains aspects importants à prendre en compte avant de choisir cette solution.

Car comme vous allez le découvrir, elle n’est pas aussi parfaite que vous pouviez le penser jusque là.

Les avantages d’une batterie virtuelle pour stocker votre électricité

Economique : vous n’avez pas besoin d’investir dans du matériel de stockage physique d’électricité (onduleur hybride + batterie) qui est très coûteux, peu écologique et qui a une durée de vie limitée ( 10 ans environ).

Aucune contrainte technique : Contrairement à une batterie physique, une batterie virtuelle ne nécessite ni main-d’œuvre ni entretien. Elle est simple et rapide à mettre en place avec une durée de vie illimitée.

Capacité de stockage infinie : Contrairement à une batterie physique qui a une capacité limitée, une batterie virtuelle ne connaît pas de limite de stockage pour la plupart des fournisseurs. Vous pouvez donc stocker tout votre surplus d’électricité sans craindre de l’injecter gratuitement sur le réseau.

Les inconvénients d’une batterie virtuelle pour stocker votre électricité

Changement de fournisseur d’électricité : Pour souscrire à un système de stockage virtuel, vous allez probablement devoir changer de fournisseur d’électricité. Les entreprises françaises qui proposent des systèmes de stockage virtuels travaillent avec leur fournisseur d’électricité partenaire, ce qui nécessite de mettre fin au contrat avec votre fournisseur actuel et de souscrire à une nouvelle offre.
Mais sachez , que depuis l’an dernier, et les fortes hausses des prix de l’électricité, la plupart des opérateurs batterie virtuelle ont lancé des offres qui permettent de rester chez EDF en tarif réglementé et d’être client de chez eux que pour la partie surplus en offre rachat de surplus.

Pas d’aide financière de l’État : Si vous choisissez de stocker votre surplus d’électricité dans une batterie virtuelle, vous ne respectez pas le critère d’autoconsommation avec rachat de surplus et vous ne pouvez pas bénéficier de la prime à l’autoconsommation. Vous vous privez ainsi d’une aide financière intéressante qui vous permettrait de rentabiliser votre installation photovoltaïque plus rapidement. Comme vu précédemment, cet inconvénient est à relativiser car beaucoup d’installateurs pratiquent des prix de pose très élevés qui ne rendent pas l’acquisition de cette prime intéressante.

Cette section mérite une explication supplémentaire : Bien que cela puisse vous sembler injuste, il est important de noter que l’État français a mis en place cette prime pour encourager les gens à injecter leur surplus d’électricité solaire dans le réseau général. EDF OA vous achète désormais ce surplus au prix de 0,13 € par kWh pour alimenter les clients qui ont choisi des offres d’électricité verte, plutôt que de simplement stocker ce surplus pour votre propre consommation. Par conséquent, les personnes qui utilisent des batteries virtuelles doivent prendre en compte le coût de la batterie virtuelle et le manque de prime à l’autoconsommation dans leur décision d’investissement.

Vous trouverez toutes les informations concernant ces aides sur ce site et sur ce lien.

Paiement de taxes sur l’électricité stockée : Comme nous l’avons vue précédemment, l’électricité stockée dans une batterie virtuelle transite par le réseau et est donc soumise aux taxes et coûts liés à l’acheminement. Vous devrez donc payer des taxes pour la consommer, en plus du prix de l’abonnement auprès de votre fournisseur de batterie virtuelle.

Pas de protection contre les coupures de courant : En cas de panne de courant, vous ne pouvez pas compter sur votre batterie virtuelle pour alimenter votre maison car l’onduleur, qui convertit le courant continu produit par vos panneaux solaires en courant alternatif, a besoin d’électricité pour fonctionner. Cela dit, les coupures de courant sont relativement rares en France, comme vous avez pu le remarquer, cet hiver 2023 n’a pas connu les black-out annoncés par le gouvernement.

Nos conseils si vous souhaitez choisir une batterie virtuelle

Bien qu’il soit difficile de prédire avec certitude si l’utilisation d’une batterie virtuelle sera bénéfique sur le long terme étant donné les situations variables, voici toutefois quelques astuces à prendre en compte :

  • Si les offres actuelles ne sont pas dans votre budget, surveillez les offres à venir. Pour l’instant en 2023, seuls trois fournisseurs de batteries virtuelles sont recensés. Nous pouvons donc envisager que plus il y aura de demandes, plus il y aura de fournisseurs et par conséquent le prix deviendra plus avantageux. C’est le cas par exemple en Espagne qui des années d’avances en photovoltaïque par rapport à la France.
  • Évaluez votre consommation annuelle et les avantages de la revente de votre surplus d’électricité à EDF OA. Cela vous permettra de décider si vous avez besoin d’une batterie virtuelle ou non.
  • Statuez sur l’importance pour vous de vouloir rester libre de votre revente de surplus pendant 20 ans ou non
  • Optez pour LA bonne installation en terme de puissance installée ! Le meilleur choix est de privilégier une installation qui s’adapte parfaitement à votre maison/appartement afin d’avoir le moins possible de surplus. La rentabilité générée par le surplus doit être la cerise sur le gateau mais ne doit pas être au coeur du projet de puissance à installer.
  • Sunethic peut vous aider à trouver le bon dimensionnement, le bon équipement au meilleur prix. Contactez notre équipe pour avoir notre conseil, gratuitement, sans engagement.

Comparatif des différentes offres de batteries virtuelles

Les trois fournisseurs de batterie virtuelle proposent diverses options et des formules différentes pour permettre aux particuliers de stocker l’énergie solaire produite chez eux.

1) La batterie virtuelle Urban Solar Energy

2) La batterie virtuelle JPME

3) La batterie virtuelle Mylight Systems

Voici un tableau comparatif pour vous aider à faire le bon choix :

Fournisseur Offre Avantages Inconvénients
Urban Solar Energy Batterie virtuelle Pas d’engagement, pas de limite de stockage, frais d’inscription abordables (199€), consommation des kWh injectés sur la batterie au prix de l’acheminement, accepte les autos-installateurs et les installations au sol Obligation de souscrire à leur service de fournisseur avec des tarifs non réglementés indexés sur le TRV
Urban Solar Energy Boost mon surplus Pas d’engagement, pas de limite de stockage, choix du fournisseur d’électricité libre, frais d’inscription abordables (199€), vente du surplus à prix compétitifs variables chaque mois, accepte les autos-installateurs et les installations au sol Vente du surplus considéré comme revenus imposables, révision du tarif d’achat mensuel en fonction prix de l’électricité
JPME E-batterie Pas d’engagement, choix du fournisseur d’électricité libre, accepte les autos-installateurs et les installations au sol Frais d’inscription d’entrée élevés (799€)
JPME E-batterie Super+ Contrat avec système d’achat du surplus à 17 cts du kWh en 2023, vente du surplus à prix compétitifs, choix du fournisseur d’électricité libre, pas d’engagement Frais d’inscription élevés, vente du surplus considéré comme revenus imposables, révision annuelle du tarif d’achat
MyLight Systems Batterie virtuelle Pas d’engagement, contrat avec système de batterie virtuelle Obligation de faire appel à un professionnel pour l’installation, abonnement coûteux en fonction de la capacité de la batterie, surplus perdu si la capacité de la batterie est atteinte, obligation de souscrire à leur service de fournisseur avec des tarifs non réglementés

Au final, nous n’avons vraiment aucun partenariat avec eux mais les offres qui nous semblent les plus attractives et qu’on vous recommande sont les deux offres d’Urban Solar Energy car pas de frais d’entrée élevés comme chez JPME, abonnement mensuel que vous pouvez arrêter à tout moment, et prix de rachat du surplus plutôt intéressants en comparatif d’EDF OA.
Notre fondateur, Thomas, qui a posé lui-même 8 panneaux solaires sur son toit il y a 5 ans, est lui-même chez Urban Solar Energy depuis la date d’installation, en offre batterie virtuelle classique et le bilan est positif depuis 5 ans, il est plutôt satisfait.

Ci-dessous les deux offres d’Urban Solar Energy :

Batterie virtuelle urban solar

Tarif batterie virtuelle : explication concrète d’une facture Urban Solar Energy

 

Comment fonctionne concrètement la batterie virtuelle au niveau de la facturation mensuelle ?
Quel est le tarif de rachat du surplus kWh avec ce système de stockage virtuel ?
Et combien cela fait gagner réellement en plus tous les mois ?

Parce qu’il n’y a rien de mieux que les exemples concrets et réels, nous allons vous présenter la dernière facture d’électricité mensuelle de notre fondateur, Thomas, qui est abonné Urban Solar Energy depuis 5 ans, en offre stockage virtuel, depuis qu’il a installé lui-même une centrale solaire de 2,4 kWc il y a 5 ans avec des panneaux français Systovi. Son fournisseur d’énergie d’électricité est donc Urban Solar Energy pour l’approvisionnement d’électricité du réseau EDF et pour le stockage virtuel ( rachat du surplus).

Il paie en moyenne 50 € d’électricité tous les mois soit une facture de 600€ TTC à l’année contre 1100€ TTC auparavant quand il n’avait pas de panneaux solaires (45% d’économies environ).

Les photos ci-dessous sont issues de sa facture mensuelle de Mars 2023, d’un montant de 40, 57€ TTC.

Malgré un mois d’hiver, le montant est assez bas car il a un mode de chauffage et cuisson au gaz, et comme ses 2400Wc de panneaux solaires lui procurent un bon taux d’autoconsommation.

Regardons désormais sa facture de plus près ci-dessous : 

La première photo est la facture au recto qui est donc de 40,57 € TTC.

batterie virtuelle tarif urban solar

Le plus intéressant est le détail au verso qui explique bien tout le mécanisme de la batterie virtuelle : 

Sur la période du 24/02 au 24/03  2023 :

  1. Il a consommé 217 kWh du réseau EDF, électricité qui n’a pas pu être fourni par ses panneaux solaires et où le réseau a donc pris le relai ( la nuit principalement).
  2. Il a injecté 126 kWh de surplus de production solaire dans le réseau EDF. Ces 126 kWh ont été produits par les panneaux solaires mais n’ont pas pu être consommés par les appareils de la maison car pas de demande de kWh suffisante pour les consommer . Ces 126 kWh sont donc stockés virtuellement dans la batterie virtuelle d’Urban Solar.  Comment Urban Solar Energy arrive à savoir ce qui a été injecté en surplus ? Tout simplement parce qu’ils ont accès à toutes les données des compteurs Linky. Et les compteurs Linky comptabilisent aussi le surplus d’électricité solaire injecté dans le réseau, sur la case INJECTION.
  3. Ces 126 kWh en surplus sont déduits immédiatement de sa consommation de base réseau EDF de 217 kWh. Il n’a donc à payer au final que 91 kWh d’électricité  ( 217 kWh EDF – 126 kWh injectés en surplus stockés sur batterie virtuelle = 91 kWh à payer).
  4. Il doit juste payer les taxes au gestionnaire du réseau EDF pour le transport de ces 126 kWh injectés en surplus qui ont été déduits de sa consommation de base de 217 kWh pour la période = 4,96  € HT =5,95 € TTC
tarif fournisseur batterie virtuelle urban solar

Au final, combien il a économisé en plus grâce à cette offre batterie virtuelle ?

Et quel est le tarif  kWh de rachat de surplus de cette offre « Stockage Virtuel » d’Urban Solar Energy ?

On lui a déduit (ou racheté) 126 kWh injectés de sa facture théorique au tarif de 0,17080 HT le kWh soit 0,205 € TTC le kWh donc cela fait donc 25,82 € TTC d’ électricité économisés sur sa facture.

Mais il ne faut pas oublier les taxes payés sur ces 126 kWh qui se sont elevés à 5,95 € TTC + les frais mensuels de son abonnement « stockage virtuel » de 2,45 HT = 2,58 € TTC donc son gain réel est de  25,82 € – ( 5,95+2,58) soit 17,32 € sur ce mois de Mars 2023.

En terme de tarif de rachat du surplus, cela fait un tarif net de :

192 kWh de surplus / 17,32 € = 0,11 € TTC le kWh ce qui est plutôt intéressant et proche du tarif de rachat actuel d’EDF OA pour les installations sur toit installés par des pros RGE et avec contrat de revente à prix fixe sur 20 ans.

Le bilan est donc plutôt favorable dans la mesure où une centrale solaire installée soit-même est beaucoup plus accessible et rentable, et qu’elle permet de garder sa liberté sur le prix de vente du rachat du surplus kWh solaire qui aura forcément tendance à augmenter avec les années qui passent.

Quels sont les 3 cas pour lesquels nous vous conseillons de souscrire à une offre de batterie virtuelle ?

En conclusion, voici les cas pour lesquels nous vous conseillons de souscrire aux offres de batterie virtuelle

  1. Installation faite par vous même au sol ou sur votre toit sans un professionnel et à partir 2400Wc de puissance (minimum 6 panneaux et niveau moyen de consommation à l’année)
  2. Installation au sol ou sur toit plat réalisée par un professionnel et à partir de 2400Wc de puissance (minimum 6 panneaux et niveau moyen  de consommation à l’année)
  3. Vous ne souhaitez pas être prisonnier d’un contrat de revente de surplus avec EDF à un tarif fixe pendant 20 ans

NB : outre la puissance installée, ce qui compte surtout, c’est l’estimation du surplus que vous pensez injecter toute l’année et qui dépend donc aussi de vos besoins et consommations électriques selon les mois et moments de la journée, de vos habitudes de consommations,  et donc pas seulement de la puissance installée.

Astuce Sunethic : si vous ne savez pas précisément si vous allez injecter finalement beaucoup de surplus, vous pouvez aussi attendre quelques mois, voire une année pour mesurer le nombre de kWh que vous allez injecter en surplus dans le réseau ( toujours avec la case injection du compteur Linky). Et donc décider et calculer si cela vaut le coup d’entreprendre les démarches pour souscrire aux offres batteries virtuelles.

Quelles sont les démarches et conditions pour pouvoir souscrire aux offres des batteries virtuelles ?

Le seules conditions et démarches à effectuer sont les suivantes :

  1. L’installation solaire (au sol n’importe où, sur mur ou sur toit) doit être raccordée directement au tableau par une ligne dédiée et pas à une prise, avec un coffret de protection en amont du tableau (un simple électricien pourra vous le faire facilement sur une demi-journée). Le plug and play n’est donc, à date, pas éligible car il est considéré « officiellement » par ENEDIS qu’il n’y a pas de surplus injecté.
  2. Vous devez obtenir une attestation de conformité du CONSUEL qui va venir vérifier chez vous que la sécurité du branchement de l’installation solaire est bien réelle. Le prix de la visite et de l’attestation est de 186€ TTC, voici le lien du site CONSUEL.
  3. Vous devez faire la demande de raccordement auprès d’ENEDIS, démarche que les acteurs des batteries virtuelles peuvent vous aider à faire.
  4. Vous pourrez alors souscrire et vous abonner à l’offre batterie virtuelle que vous aurez sélectionnée, pour valoriser votre surplus et optimiser la rentabilité et vos gains chaque année.

Nous espérons qu’avec cet article, vous avez mieux compris le fonctionnement et l’intérêt des offres de batterie virtuelle photovoltaïque.

Nous sommes disponibles sur RDV pour répondre à vos questions et pour vous conseiller au mieux. Prenez RDV ci-dessous pour un échange avec un de nos conseillers.